Les jolis mots

La paix, une histoire de verbe, une histoire d’homme

 

Chaque homme a à cœur d’être en paix ! Un Éden tant désiré où tout est beau, doux et harmonieux. Cependant cet Éden ne pourra être atteint qu’en suivant un chemin parfois tortueux et périlleux pour :

 

  • TROUVER LA PAIX. Dans le tumulte de son quotidien, happé par ses difficultés et contradictions, l’homme devra d’abord tourner son regard non pas à l’extérieur mais à l’intérieur de lui-même pour se confronter à une guerre intérieure qu’il mène pour décider de

 

  • FAIRE LA PAIX. Avec lui-même, avec les autres. Cela lui demandera d’abord de faire du ménage et de s’accepter tel qu’il est. Puis cela supposera aussi de poser des actes de foi. À savoir pardonner, se pardonner pour franchir ses propres difficultés. Une étape essentielle pour :

 

  • AVOIR LA PAIX. : Une question de réflexion mais surtout une question de choix. Il devra engager sa responsabilité au regard d’accords, de solutions à trouver. Créer un terrain d’entente, c’est certainement le prix d’une paix progressive à ressentir et vivre qui permettra enfin à l’homme d’

 

  • ETRE EN PAIX. En accueillant l’intégralité de sa personne avec ses singularités, ses défauts, ses failles et s’accepter ainsi avec bienveillance. A ce stade seulement, il pourra de nouveau s’aimer, rendre grâce pour toute sa personne avec infiniment de compassion et ETRE ENFIN EN PAIX avec lui-même et les autres !

 

BY Nathalie with love

 

Conférence du mois avec Nadège DAMIDE, naturopathe-énergéticienne

 Comprendre un corps dans sa globalité (physique-mental-émotionnel-spirituel), écouter ses messages, c'est tout le souhait du concept Minute Papillon et de ses cours. 

"Se rappeler à chaque instant que ce qui est au fond de soi, se reflète à l'extérieur"... qu'il est indispensable de chercher d'abord l'harmonie, la paix en soi pour le faire briller à l'extérieur et non pas l'inverse". Un des plus grands défis de l'homme à venir !

 

Nadège est venue renforcer  ce message avec sa conférence sur le thème "Prenons soin de nous pour l'automne, mais comment ?". Elle a su captiver par son énergie et sa bienveillance toutes les participantes et apporter bon nombre de réponses pour apprendre à chouchouter son corps intérieur.

 

Un très joli moment de partage et de convivialité qui s'est clôturé par un  délicieux diner Chez Miette, restaurant cosy au coeur du centre historique de  DINAN.

 

Voilà le résumé d'une soirée réussie et toute l'ambition du concept MINUTE PAPILLON, une nouvelle façon de prendre soin de soi.

Merci à vous toutes, Minute Papillon, c'est aussi Vous !

 

L’automne, un temps de dépouillement !

 

 

Il suffit de regarder de plus près la nature pour en tirer un enseignement : Chaque arbre voit ses feuilles tomber au sol, sa sève redescendre de la cime vers les racines et pourtant il conserve toute sa splendeur, toute sa vigueur !

 

 

 

- Comme l’arbre, apprenez vous aussi  à vous dépouiller parfois

- Comme l’arbre, prenez conscience que votre force de vie n’est pas à l’extérieur mais à l’intérieur de vous

- Comme l’arbre, sachez que votre force peut rejaillir à chaque instant

 

Il est simplement parfois nécessaire de s’alléger, de laisser tomber, de se délester, de jeter pour faire place nette , pour libérer de l’espace.

 

Alors, comme l’arbre.., apprenez à vous détacher de l’ancien pour faire naitre du nouveau pour ne pas devenir simple feuille, à tourbillonner à tous vents.

 

BY Nathalie with LOVE

 

IL NE SUFFIT PAS D ETRE EN VIE...

« Il ne suffit pas d’être en vie, il faut être vivant, c'est-à-dire savoir à chaque instant qu’on est au cœur d’un prodige et être en contact, en harmonie avec lui »… R Barjavel

 

En cette veille de rentrée, je tombe nez à nez avec cette phrase, je m’interroge… .

 

Bien sûr que je suis en vie, je n’ai pas besoin de me pincer pour cela mais suis-je vraiment vivante ou suis-je juste en vie ? Le meilleur moyen de le savoir est de m’observer un petit moment…

 

6H, le réveil sonne, une tape dessus et je saute du lit…

15mn plus tard, encore ensommeillée, je suis devant mon petit dej, la radio en fond sonore, le portable près de ma tartine, connectée aux potins du matin

30mn plus tard, propre comme un sou neuf, apprêtée, je claque la porte direction le boulot au petit trot….

Stop… je confirme, physiologiquement,  je suis bien en vie… mes  fonctions vitales tournent à plein régime.

 

SPEED, SPEed, speed….

 

Dans ce tourbillon matinal, suis-je pour autant vivante ?

Et là je flippe…

Je prends conscience de mon inconscience… Tel un pantin, une machine bien huilée j’accomplis des gestes avec une précision d’horloger…mais vide de sens, absente, presque désincarnée, déshumanisée (je ne me souviens ni des info, ni du goût de la confiture, ni du bienfait de l’eau sur mon corps…)

 

Et là comme une bulle qui éclate « être vivante » fait tout à coup sens en moi…

Etre vivante, c’est être pleinement là, attentive, présente

Etre vivante, c’est être humaine, animée, éveillée, incarnée

Mais surtout être vivante, c’est me souvenir tous les matins que ma vie tient du prodige, de l’exceptionnel à la limite du miracle, une chose étonnante ma foi ! Il est alors vraiment dommage de n’être simplement qu’en vie !

Bonne rentrée

BY Nathalie with love

 

 

Le plaisir des petits riens….

 

Waouh les vacances sont enfin là, tellement désirées, espérées, attendues ... Un temps pour se reposer, pour redécouvrir le plaisir des petits riens, de goûter au bonheur simple !

 

Un moment idéal pour dire :

 

  • STOP à vos habitudes !

Pour résister à l’enlisement, éveillez votre curiosité !  Soyez créatif en partant à la découverte de territoires inconnus, d’activités nouvelles, de saveurs exotiques, de lectures extraordinaires…

 

  • STOP à la course effrénée du temps

Prenez le temps d’aller dans la nature, de flâner, d’admirer, d’ouvrir les yeux en conscience et de faire attention à ce qui vous entoure. Marcher en bord de mer, à la campagne, en montagne est un moyen idéal pour se ressourcer.

 

  • STOP à l’apnée

Prenez le temps de respirer calmement, profondément. Prenez le temps d’apprécier le silence, d’écouter le champ des oiseaux au réveil, de sentir les fragrances de la nature….

 

  • STOP à la tête dans le guidon

Redressez-vous, levez la tête ! Soyez encore émerveillé en contemplant le ciel azuré... Faites que les étoiles deviennent le territoire de vos rêves les plus fous, les plus  insensés, les plus extravagants…

 

  • STOP à la tristesse

Retrouvez le sourire en faisant ressurgir votre âme d’enfant. Immergez-vous pleinement dans l’instant présent en laissant le passé et le futur à leur juste place.  Amusez-vous, éclatez-vous, riez à n’en plus finir, car là se trouve votre élixir de jeunesse…

 

  • STOP

Profitez de tous ces petits riens… Ils sont un luxe accessible, à portée de mains. Trop souvent, nous les laissons s’envoler, nous échapper à trop vouloir courir après des mirages…

BY Nathalie with love

 

__________________________________________________________________________________

Mais enfin, lâche prise, lâche donc prise...

 

- Ah oui et je fais comment ?… si je lâche, je ne vois que du vide autour de moi !

- Mais non tu ne crains rien... je suis là.

- Ah bon ? Alors peux-tu me dire pourquoi partout autour de moi, on ne parle que maîtrise, contrôle, c’est paradoxal…Et  puis, c’est bien joli mais je fais comment ?

- Laisse le discours de la société à sa juste place. Je suis là, je te tiens la main, sois rassurée.

- Peux-tu me promettre lorsque je suis agrippée, suspendue à mes doutes, à mes peurs que je peux lâcher la corde, que je ne risque rien....

- Je suis là... simplement je vais t ôter la corde que tu t es entourée autour du cou et je vais te la mettre dans la main, c’est quand même différent comme méthode…

- Ah ouais et alors ?

- Déjà tu ne ressembles plus à un poivron rouge, tu respires…  c’est déjà un peu mieux, non ?... Et je suis là.

- Pas faux, et puis ?

- Et bien maintenant que tu commences à reprendre ton souffle, je te demande de prendre la corde de tes peurs, doutes et croyances par la main et d’aller avec... (un peu comme lorsque tu étais attachée à ta mère par le cordon ombilical... ) c est ton lien sauf que c’est toi qui va le diriger où tu veux aller, comme un compagnon de route !

- Et alors quelle certitude puis-je avoir d'être en sécurité tout le temps?

- Aucune c’est vrai ! Si ce n’est que tu as le choix de vivre étouffée, étranglée  ou avec plus de légèreté en prenant le temps de découvrir, de flâner, de t’abandonner  doucement pour appréhender  tes peurs, tes doutes, tes croyances….

-…

- Pas bête… mais au fait, t’es qui toi ?

 

Je suis ton guide intérieur, ton lien du cœur, si tu préfères, je suis là tout le temps, à n’importe quel moment et puisque je fais partie de toi, tu peux toujours compter sur moi !

 

BY Nathalie with love

 

A ma rencontre... à mon ange....

 

Aveugle, ai-je été à ce point  aveugle que mes yeux ne savaient plus où regarder ?

Sourde, ai-je été à ce point sourde que mes oreilles n’étaient plus que bourdonnement ?

Muette, ai-je été à ce point muette que ma gorge était sèche et tarie de son ?

 

C’est dans cet espace de total de dénuement, d’absence, d’abandon,

Dans ce désert, seule, face à moi-même et  pétrie d’appréhension

Que me fut donnée la chance d’aller à ma rencontre avec une infinie patience

Que me fut donnée la chance de me relier à mon essence divine avec une infinie douceur

 

Alors quand tout va trop vite, quand le tourbillon de la vie vous entraine vers le fond,

Comme moi, apprenez  à vous extraire, à vous taire, à fermer vos yeux et oreilles pour parvenir petit à petit à sentir le doux murmure de votre cœur et de vous nourrir à sa source !

Ce fut un rendez-vous merveilleux, un moment de grande félicité et je souhaite à chacun de vivre l’expérience…. Merci à toi qui m’a permis cela !

 

BY Nathalie with love

 

 

 

Maintenant ou jamais !

 

«Il est des moments où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement ou trainer l’existence dégradante, creuse et faussée que le monde, dans son hypocrisie nous impose » (Oscar Wilde)

 

On peut ainsi passer sa vie à patienter, à attendre, à guetter le bon moment, que tout soit en place pour se lancer…

 

On peut aussi remettre à demain, à bientôt, à dans 6 mois, à peut être un jour ou jamais, qui sait !

 

Puis finalement, on reste là, assis, sur le bord du chemin, à regarder les minutes s’écouler, le temps défiler…Mais ce temps et ces minutes, ce sont juste votre VIE, à durée limitée que vous laissez s’égrener inexorablement, à tout jamais…

 

Le compte à rebours est lancé : Hier, c’est terminé, demain, ce n’est pas encore et ne sera peut-être pas du tout….

 

Alors, qu’attendez-vous pour croquer la vie à pleines dentslà, maintenant ?

 

Lancez-vous à corps perdu dans l’aventure de votre vie, fabriquez-vous des possibles, dessinez façonnez, ciselez chacune de vos journées comme une œuvre d’art et laissez jaillir votre propre étincelle !

 

Rappelez-vous : Vivre peut-être très dangereux mais ne pas vivre est mortel… Et lorsque l’heure de votre mort aura sonné, puissiez-vous, vous rappeler que votre vie fut belle et à la hauteur de ce que vous vous aviez imaginé…

 

BY Nathalie with love

La sensation de vide

Avez-vous déjà fait l’expérience du vide ? Cette sensation assez désagréable d’absence de quelque chose ?

La société actuelle nous maintient dans un rythme effréné, dans un remplissage compulsif, dans une consommation à outrance, histoire de nous sentir « pleins ». Et peut être plus encore, de nous sentir vivants.

Pourtant, alors que nous courrons dans tous les sens, le vide fait son «apparition » au détour souvent d’un évènement inattendu, apportant avec lui un sentiment de manque. 

Vécu comme un chaos intérieur, nous nous sentons flotter, dériver et même déconnecter de nous même et des autres.

Alors quelle est la raison d’être de ce vide ?

Si le vide existe, cela signifie qu’il n’est pas RIEN, il est l’espace nécessaire entre deux pleins et il nous est indispensable comme :

-          Un rite de passage vers autre chose, imitant ainsi tout se qui se vit dans la nature. Il nous rappelle qu’il est temps de nous détacher pour avancer et nous ouvrir à autre chose ;

 

-          Un temps d’intériorisation nécessaire. Comparable à l’hiver, il nous invite à ralentir le rythme pour laisser germer un nouvel état d’être, de nouvelles idées ;

 

-          Une phase de transition pour effectuer quelques changements ou peut-être juste pour se délester d’un trop plein.

Alors n’ayez plus peur du vide ! Accordez-lui l’espace dont il a besoin et profitez de lui pour souffler, réfléchir avant de prendre un nouvel élan.

Il se peut qu’après vous ne regardiez plus jamais votre verre à moitié plein ET vide comme avant !

bY Nathalie

La beauté,  là,  devant vous !


 

La  beauté, bien malgré elle, est trop souvent apparentée à des représentations uniquement esthétiques. A un point tel que, dès l’Antiquité, on avait déjà tenté de la classifier selon des codes, des « canons ». Aujourd’hui encore, on essaie de l’expliquer à grands renforts de théories toujours plus abracadantesques les unes que les autres !

 

Bien malgré elle, la beauté devient parfois source de conflit et de convoitise, chacun cherchant à  s’y conformer, à s’y référer, à s’y noyer.

Et pourtant la beauté est là, devant vous, inattendue, nue, sans artifice, prête à se laisser contempler, embrasser, enlacer….elle est là, partout et elle passe, elle change, elle bouge, elle renait à chaque instant, à chaque seconde.

Il vous suffit juste de regarder, écouter, toucher… SENTIR ET RESSENTIR… et vous pourrez alors découvrir son mystère, sa lumière qui illumine, même dans la noirceur et la laideur la plus totale.

Laissez vous transporter par cette expérience sensorielle ; laissez vous  guider sur le chemin de la contemplation, de l’émerveillement et soyez ainsi au contact de la vraie beauté…

Peut être vous livrera-t-elle enfin tous ses secrets !

By Nathalie

Partez en terre inconnue

On connait parfaitement ce qui nous entoure, notre famille, nos amis, notre environnent que l’on appelle communément «zone de confort».

Dans cette «Zone de confort» peut être y a t-il «trop de confort», transformant insidieusement la zone en «cage dorée»…

Une fois que nous sommes à l’intérieur, nous en devenons en quelque sorte prisonniers… et ce, au point d’oublier d’aller voir ailleurs, plus loin, juste un tout petit peu plus loin… au-delà du connu…

Et pourtant ! Lorsque l’on franchit le pas pour aller en terre inconnue… la magie opère… On peut enfin sentir le parfum de ses rêves et entrer dans l’univers des possibilités infinies !

Alors, osez sortir de votre zone de confort. Déployez vos ailes, révélez votre créativité, laissez s’exprimer vos potentialités, quelquefois insoupçonnées, donnez libre cours à votre imagination. Cette terre prendra la forme d’un terreau d’apprentissage où vous pourrez enfin semer à l’envie…

Au delà des doutes, des risques de «ratage», de dérapage, c’est avant tout la promesse d’une confiance en soi retrouvée et l’opportunité de faire peut être le plus beau voyage de votre vie….

By Nathalie

 

 

 

Souvenons-nous de nos premiers pas …

 

Lorsque nous avons appris à marcher, à aucun moment nous ne nous sommes découragés. Bien sûr, nous nous sommes « ramassés », nous nous sommes relevés et avons continué jusqu’à la maitrise totale de la marche.

Au-delà de la réussite, c’était le bonheur de marcher… Enfin c’était possible ! 

 

Que s’est-il passé entre l’enfant qui apprend à marcher et l’adulte que nous sommes devenus aujourd’hui ? Pourquoi n’ose-t-on plus prendre de risques ? Quelle est la raison de ce découragement dans le moindre de nos pas (personnels et professionnels) ?

 

Simplement, en grandissant, notre tête, notre ego (mental) a pris le dessus sur notre cœur, notre élan, notre envie.

La spontanéité fait place au calcul, à la réflexion, la peur étouffe notre envie au point de nous briser les ailes avec des questionnements tels que « oui mais », « non, je ne peux pas… » et « si et si…. »

Halte à cette  moulinette mentale !

Prenons simplement un temps d’intériorité pour nous reconnecter à notre cœur. Lui seul sait, lui seul a la certitude absolue que nos pas nous mèneront à notre but, quels que soient les obstacles…

Alors comme lorsque nous étions enfants, Reprenons le risque d’oser, agissons, retrouvons le bonheur de marcher vers ce qui nous anime vraiment, et osons penser que c’est possible !

Nathalie

 

Il y a parfois des doutes,

et quelquefois trop de peurs 

Il y a parfois des  chagrins

Avec quelquefois beaucoup de larmes 

Il y a aussi toutes nos blessures 

Qui nous font encore souffrir

 

Mais au delà de tout cela

Il y a cette envie

Ce besoin viscéral et sidéral 

De vivre 

OSER être soi

Ce soi mu par  tous nos désirs

Qui ne nous trompe pas

Qui nous indique que nous sommes sur la voie

Sur notre voie dêtre en-vie

 

Bien sûr que tout cela 

C est MOI

Mais ce que je n oublie pas 

Cest :

TOI qui es à côté de moi, qui crois profondément en moi

VOUS qui m encouragez et me dites de continuer 

Et tout un CHACUN qui se reconnaîtra dans ce message

 

MILLE MERCIS

Write with love 

Changez votre histoire

Si pendant ces deux mois gorgés de soleil, vous avez comme la cigale « chanté tout l’été », vous risquez de vous trouver fort dépourvu bien avant que la bise ne soit venue!

 

L’automne, et en particulier le mois d’octobre, sont placés sous le signe des récoltes ; ce mois risque d’être un mois difficile pour faire le plein de réserves… surtout si vous avez oublié de semer de jolies graines, de les arroser et de les entretenir pour les faire croitre

 Il vous reste la possibilité de solliciter la fourmi mais je ne suis pas sûre qu’elle accepte de vous dépanner connaissant son avarice.

Cette petite fable nous invite à penser qu’il n’est jamais trop tard pour changer et  apprendre de nos expériences

Si vos récoltes sont maigres, prenez le temps durant ce mois :

-          D’ouvrir les yeux et de dresser un petit bilan de tout ce que vous avez vécu dernièrement (profitez-en pour faire un peu de ménage et réfléchir à ce que vous voulez vraiment…)

-          D’accepter tout ce que vous avez vécu comme une expérience et non une fin en soi (ne  vous apitoyez sur votre sort «c’est là », observez seulement, prenez la mesure de la situation au lieu de vous fouetter…)

-          De prendre vos responsabilités (c’est peut être le moment de faire évoluer certaines situations en acceptant les conséquences de certains de vos choix)

 

Votre vie n’est pas une fable… votre Vie est beaucoup plus que cela, c’est votre histoire, celle que vous écrivez jour après jour… Et rien ne vous empêche de la réinventer en permanence  et la réorienter en permanence… alors lâchez-vous !

Au mieux,  vous pourrez toujours récolter et chanter. Qui sait ? Peut être en compagnie d’une fourmi

DE LA VRAIE LIBERTE

Mon, ton, son, ma, ta, sa…

Ces déterminants possessifs indiquant en grammaire française une relation d’appartenance, de possession à quelqu’un ou quelque chose… transforment graduellement notre vie en une jolie cage dorée !

Au départ, ces jolis petits mots ont une bonne intention puis, insidieusement, ils envahissent notre quotidien… Et voilà que nous tombons dans le piège… nous nous identifions à mon, ton, son… (objets, croyances, images…) comme si  notre survie en dépendait.

Nous oublions qui nous sommes pour n’être plus que ce que nous possédons.  Nous voilà engagés  dans une course à l’échalote ! Tête baissée, nous galopons à brides abattues, nous agrippons  tout ce qui est à portée de main… oui tout cela, c’est MOIIII !

Nous sortons parfois vainqueurs, parfois vaincus   mais au bout du compte toujours épuisés par ces vaines conquêtes car nous avons oublié l’essentiel …

        STOP…

Nous ne sommes  pas mon, ton, son, ma, ta, sa...

  • Soyons  juste nous-mêmes, capables de nous aimer sans artifice
  • Libérons-nous de toutes ces chaines inutiles pour profiter juste de l’instant présent
  • Car n’oublions pas…
  • Tout est éphémère … A commencer par nous-mêmes…

Nathalie

 

CHANGER...

 

“La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.” - Albert Einstein

 

Nous avons tous un jour, des aspects de notre vie que nous voudrions changer ou améliorer : notre travail, notre quotidien....
Nous sommes persuadés au fond de nous que cela nous ferait du bien, mais nous n’y arrivons pas.

Pourquoi est-ce si dur de changer?

Parce que :
- Changer, c'est renoncer
- Changer c'est accepter de perdre quelque chose de connu
- Changer, c'est sortir de sa zone de confort pour l'inconnu

 

                                                                                Mais
                                                                              - Changer, c'est renaitre
                                                                              - Changer, c'est retrouver une nouvelle liberté
                                                                              - Changer, c'est aller vers soi-même

Nathalie

Pause...

 

Stop à la « Do it list » de l’été : Les régimes, les cures détox, les travaux, bref tous les trucs et bidules parfaitement inutiles et qui nous semblent tellement rigoureusement indispensables !

 

Pour cet été, l’idée justement, c’est de ne rien s’imposer, de se laisser porter, guider, entrainer… et ainsi goûter aux petits bonheurs simples qui embellissent la vie comme :

  • Lézarder sur un transat en sirotant un verre,
  • Musarder, flâner le nez au vent le long des chemins
  • Somnoler sur une plage de sable chaud
  • Rêvasser en regardant la course des nuages
  • S’éclater, rigoler, partager du temps avec les proches

Pour cela, appuyez sur votre touche II…..

chut, silence….

Respirez, regardez, écoutez, appréciez !

 

N’attendez pas demain!

Demain sera un autre jour, demain sera peut être trop tard ! Demain ne sera peut être plus !

C’est maintenant… Appuyez sur II , c'est l'été  !

 

« N’oubliez pas »

 

N’oubliez pas d’aimer la vie,

N’oubliez pas d’aimer tous ceux  qui vous entourent,

N’oubliez pas de faire le bien et le beau autour de vous,

N’oubliez pas de respirer, vous êtes en vie !

Prenez le temps de sentir, de ressentir…

 

Car tous, aussi pressés que vous êtes,

Toujours à courir, à accélérer pour rester dans la course du temps,

N’oubliez pas que vous êtes mortels !

N’oubliez pas que tout a une fin, une limite

C’est ce qui donne autant de saveur

Alors ne vous perdez pas en futilités, en 3 fois rien, en broutilles inutiles…

Car la mort viendra vous cueillir comme tout un chacun…

 

Mais avant cela,

Ouvrez grand les yeux,

N’oubliez pas d’aimer la vie,

N’oubliez pas d’aimer tous ceux qui vous entourent,

N’oubliez pas de faire le bien et le beau,

Et surtout dites-le avant qu’il ne soit trop tard !

Nathalie

 

 

« En Mai, fais ce qu’il te plait ! »

 

Eh bien, voilà un mois qui ne s’embête pas avec les «  qu’en dira-t-on »

 

Faire ce qu’il nous plait…. Vraiment ? … C’est assez facile à dire…et pourtant… si chacun d’entre nous se pose la question « est-ce que je fais vraiment ce qu’il me plait ? »… les réponses deviennent immédiatement évasives, imprécises, incertaines…

 

Pourquoi ?

 

-         

 

- Est-ce que faire ce qu’il nous plait, c’est simplement assouvir tous nos désirs sans se poser la question de savoir si cela a un sens… ?

- Est-ce que cela ne répond pas tout simplement à la grande illusion de notre époque où chacun pense répondre à un besoin de liberté en souhaitant faire que ce qu’il lui plait ?

- FAIRE, FAIRE, est-ce se laisser attraper par des plaisirs consommables, jetables, interchangeables et se laisser aspirer dans cette spirale infernale, générant des frustrations du  style « encore plus », « jamais assez », une fois ces plaisirs satisfaits ?

Attirés plus que jamais par ces plaisirs faciles, nous nous perdons alors dans le quotidien, dans un monde de futilités, dans le faire pour faire…. Nous sommes alors en mode « remplissage », allant chercher à tout prix à l’extérieur ce que nous ne réussissons  plus à trouver à l’intérieur de nous-mêmes.

 

Et si ?

Et si nous nous posions 2 minutes ?

Oui …  2 minutes pour savoir ce qu’il nous plait vraiment de faire ??

 

Je vous encourage d’ici la fin du mois, à être simplement à l’écoute de ce qui  vient du plus profond de vous-même pour découvrir ce qui vous anime vraiment...

Prenez le temps de descendre à l’intérieur de vous même pour laisser émerger les choses, pour trouver l’essence de votre être et sentir ce qui vous nourrit, illumine, ...ce qui vous fait vibrer, frissonner

Alors Oui à ce moment là, vous pourrez en mai, comme en tout mois de l’année « faire ce qu’il vous plait » vraiment !

Et vous saurez enfin pourquoi vous le faites !

Nathalie

 

«En avril, ne te découvre pas d’un fil !»

 

Cet adage populaire que nous entendons depuis notre enfance nous met en garde sur les changements climatiques de ce mois capricieux !

Mais au fait : qu’en est-il des changements que nous voulons pour nous-mêmes ?

Nous sommes souvent divisés quant à ce que nous souhaitons entreprendre  avec la peur inhérente à tout changement : Les évènements que nous vivons nous poussent à dépasser les limites dont nous avons héritées ou que nous avons créées tandis que nos peurs nous encouragent à rester dans ce qui nous est familier et rassurant.

 

 

Nous sommes alors ballotés entre la voie de la stabilité, cette zone de confort qui nous est familière, sécurisante et la voie de la croissance et du changement qui nous pousse à nous aventurer dans l’inconnu.

Alors avant d’affronter le mois de mai et son « fais ce qu’il te plait », je vous encourage durant le mois d’avril à vous arrêter, à observer et à écouter toutes les croyances comme « ne te découvre pas d’un fil » car elles sont en général plus responsables des dilemmes qui nous bloquent que n’importe quel obstacle extérieur.

Et si au cours de vos observations, vous faites quelques découvertes, prenez le temps de savoir vers quelle voie vous souhaitez vous diriger ? La stabilité ou la croissance ?

N’oubliez pas :

  • Si vous optez pour la stabilité, c’est que pour le moment, vos peurs sont plus grandes que vos désirs alors accueillez avec bienveillance cet état de fait
  • Si vous optez pour la croissance, le changement, allez-y un pas après l’autre ! Il est toujours préférable d’avancer lentement mais sûrement que de sauter brutalement dans le vide (exit le saut à l’élastique !)

Nathalie

Dans quelques jours, c’est le Printemps...

La nature, qui jusque là était en sommeil, engoncée dans les frimas de l’hiver, reprend ses droits pour RENAITRE à la vie !

Mars souffle un vent nouveau d’allégresse, d’optimisme et d’initiatives. Il suffit simplement :

- D’ouvrir grand les fenêtres pour écouter le chant des oiseaux qui s’en donnent à cœur joie dans leur concerto matinal

- D’observer les bourgeons qui pointent le bout de leur nez

- D’admirer la végétation qui se pare de sa nouvelle collection «printemps », haute en couleurs.

Ce cycle éternel des saisons nous renvoie aussi à nos origines, à nos propres histoires…

Le printemps nous rappelle nos envies, nos promesses, nos aspirations et il nous invite non seulement à les réaliser mais aussi à faire un peu de ménage pour repartir le cœur allégé sur le chemin de la vie.

Alors en MARS :

- Osons faire le tri dans notre vie! Débarrassons-nous de tout ce qui nous encombre pour ne garder que l’essentiel, histoire de partir le pied léger
- Osons semer de nouvelles graines de folies, de désirs, d’envies, d’audaces et de rires pour se lancer dans de nouvelles aventures !

Réveillons-nous,  utilisons cette énergie printanière pour renaitre et surtout souvenons-nous :

« En te levant le matin, rappelle-toi combien est précieux le privilège de vivre, respirer et d’être heureux ».  M AURELE

Nathalie
 

En Février, j'adopte la «girafe attitude» !

 

Pour le mois de février, je vous propose deux alternatives :

  • Attendre patiemment que l'hiver touche à sa fin, continuer à faire la marmotte en attendant que les beaux jours reviennent avec l'espoir : d'une vie meilleure, d'un bonheur hypothétique... tout en sachant que cela peut être long,  très long voire trop long... et  peut être même inaccessible

    OU

  • Adopter la «girafe attitude»

 

Qu'est ce que la «girafe attitude» selon ma définition ?

 

C'est la capacité à prendre de la hauteur sur les évènements, s'extraire un instant d'une situation et pouvoir l'observer hors de son contexte habituel.

 

Bien souvent, notre vision est obscurcie, prise dans des filtres  qui nous sont personnels (éducation, croyances, peurs). Elle nous enferme dans une zone nébuleuse qui finalement agit comme un voile mental , nous empêchant de percevoir clairement la réalité, brouillant la compréhension véritable d'évènements.

 

Adopter la girafe attitude, c'est apprendre à s'élever au dessus de la couche nuageuse pour  :

- Prendre de la hauteur,

- Etre observateur,

- Atteindre une nouvelle dimension, 

- Elargir son champ de perception.

 

Ce comportement permet de se dissocier du mental (l'égo*), de sortir de sa dynamique qui nous maintient dans le passé et le futur sans tenir compte du présent et de pouvoir considérer une situation hors de ses filtres habituels, avec un regard nouveau.

 

Faire la girafe, c'est tendre suffisamment le cou pour aller chercher le soleil au dessus des nuages, se réchauffer par ses rayons du soleil et faire entrer sa lumière en soi !

 

Nathalie B

Extrait de l'article paru sur la page facebook des Cordeliers DINAN (26/2/2017)

 

"Nathalie Bedel, assistante de direction de l'établissement mais aussi
formatrice qualifiée dans le coaching individuel et collectif a mis toute son expertise au service des élèves de seconde au travers d'un atelier ayant pour thème "être acteur de sa vie", en les aidant à trouver les ressources en eux-mêmes pour faire les bons choix et trouver leur épanouissement"

 

Janvier… Eh bien le mois de janvier, il nous casse les pieds !

 

Décembre l’hédoniste nous a définitivement abandonnés ! Il s’en est allé avec son cortège de festivités, de cadeaux, de dîners gargantuesques, de veillées au coin du feu…

 

Et nous voilà, en tête à tête avec l’austère janvier et ses chimères !…

 

Quand je m’arrête un instant sur ces deux mois, je les trouve finalement très présomptueux :

  •  «Décembre », lui, nous fait carrément croire au Père Noël !

Crédule, nous tombons dans le piège ! Tels des enfants obnubilés par d’hypothétiques cadeaux, nous rédigeons notre liste à grands renforts de « je voudrais », « j’aimerais »... et nous rêvons "au subjonctif "!

Il est malin ce décembre car derrière ces 2 verbes à priori inoffensifs, nous voilà accroc à une ribambelle de trucs tous plus indispensables les uns et que les autres… Et le désespoir nous guette si nous nous mettons à imaginer que le Père Noël puisse éventuellement nous oublier !

 

Après avoir presque cru au Père Noël,  «Janvier » nous rappelle à l’ordre !

  • Fini les « je voudrais, j’aimerais», le janvier nous ordonne de changer de discours ! Désormais, il faut utiliser «il faut que » et nous voilà plongés "à l'impératif" !…Naïfs, nous l’écoutons religieusement nous parler de ...ses résolutions !  … Pour adoucir ce passage vers l’austérité, il nous conseille même de le faire sous la forme de vœux ! Des promesses que personne n’arrivera  à tenir ! Pour ajouter du vice et affirmer son autorité, Janvier amène ses amis, les rois mages pour nous faire croire que nous pourrions éventuellement être le roi ou la reine en tenant nos engagements !

 

Et si nous cessions enfin de nous agiter en tous sens  et tentions simplement d'être "au présent" !

 

Quelles sont les étranges motivations qui nous poussent à vivre  sous le joug d'autant d’obligations ?

Alors cessons de « vouloir à tout prix », ralentissons la cadence des « avoir et faire »…Et soyons… tout simplement !

 

Il suffit de regarder l’hiver, cette période propice pour ralentir, pour ré-apprendre à savourer chaque instant et à prendre soin de soi !

Nathalie

 

...

Décembre, un MOIS pour MOI

11 déc. 2016
Ajouter un commentaire

Témoignage d'élèves

1 déc. 2016
Ajouter un commentaire

Hommage à Soeur Térésa canonisée le 4 septembre 2016

28 sept. 2016

L'administrateur du blog n'a pas permis les commentaires.